About us

ASUDEC et l’UICN luttent contre la dégradation des bois sacrés au Burkina Faso

Les avantages associés à la préservation du couvert végétal et de la biodiversité étaient bien perçus par les ancêtres. Ainsi, ils délimitaient les zones habitées par les esprits divins qu’ils considéraient comme sacrés. Le rôle des esprits étant d’accompagner l’Homme dans sa quête pour la sécurité et la réalisation de sa raison d’être, ces derniers n’apprécieraient pas être perturbés par l’Homme connu pour ses insanités. Régie par cette profonde spiritualité, la gestion des bois sacrés était holistique, l’exploitation équitable et strictement règlementée. La durabilité était donc bien assurée. Malheureusement, la prédominance croissante des religions étrangères a conduit au reniement des valeurs africaines, notamment la spiritualité ancestrale, et le sacré désormais raillés comme visions primitives et sauvage. En conséquence, tous les sites sacrés, y compris les bois sacrés font l’objet d’une tragédie du bien commun, et ce, sous l’impassibilité des esprits, l’Homme étant le seul décideur et le seul bénéficiaire. Sous financement de la Banque Mondiale pour la mise en œuvre du Projet d’Appui aux Populations Locales dépendantes de la Forêt (DGM/PAPF), Africa’s Sustainable Development Council (ASUDEC) a sous-traité avec l’UICN pour préserver les bois sacrés de la commune rurale de Nako dans le sud-ouest du Burkina Faso. Le rapport d’activités est ici présenté.

INFORMATIONS ET RAPPORTS

Etat des sites sacrés Nako

Modèle de PV mise en place de comité de vigilance

Rapport final du projet

Support Informtion sensibilisation CVD Nako 1